Baudelaire, Charles

Charles Baudelaire (1821-1867)

Chronologie :

1821 : naissance, le 9 avril, à Paris, de Joseph-François Baudelaire âgé de plus de 60 ans et Caroline Archenbaut-Defayis, âgée de 27 ans. 

1827 : décès de son père, grand homme lettré. 

1828 : remariage de sa mère avec le chef de bataillon Jacques Aupick, qui fait obstacle à tout ce qu'il aspire à vouloir et être : sa mère, la poésie et la vie. Il ne pardonnera jamais ce remariage à sa mère. 

1831 : Au pick est affecté à Lyon, la famille déménage, Charles est inscrit au Collège Royal de Lyon. 

1836 : retour à Paris où Aupick est promu colonel. Entrée au Collège Louis-le-Grand. Il y redouble sa troisième. Il est reçu deuxième au concours général de vers latins en classe de seconde.

1839 : renvoi du lycée Louis-le-Grand, il s'oppose à la vie bourgeoise de sa mère et son beau-père. Il obtient de justesse son baccalauréat au lycée Saint-Louis. Aupick décide de l'envoyer aux Indes pour changer son comportement. 

1841 : retour à Paris, où il tombe amoureux de Jeanne Duval.

1842 : début de sa vie dissolue, il connait déjà les dettes. Il se fait journaliste et défend de grandes figures comme Delacroix ou Balzac lorsque ce dernier est attaqué pour son amour de l'argent.

1843 : découverte de la "confiture verte", le haschish, autrement appelé les "paradis artificiels". Il y prend goût car cela excite sa créativité. 

1847 : début de sa prise d'opium, prescrit pour combattre ses maux de tête et sa syphilis contractée au début des années 1840. Il en décrira la beauté ressentie comme la torture. 

1848 : participation à la révolution de février et crée Le Salut Public qui ne verra que 2 numéros. Il commence la traduction des oeuvres d'Edgar Allan Poe pour qui il va avoir une admiration sans bornes. 

1857 : publication des Fleurs du mal. Deux mois après parution, elles sont pôursuivies pour "offense à la morale religieuse" et "outrage à la morale publique et aux bonne moeurs". Il est condamné à payer 300 francs, amende revue à la baisse grâce à l'intervention de l'impératrice Eugénie. Il est contraint à retirer 6 poèmes du recueil, jugés trop osés. Cela le touchera énormément et doit réaliser une nouvelle édition du recueil. 

1862 : tentative d'entrer à l'Académie Française. Il ne reçoit aucune voix et se désiste. 

1864 : criblé de dettes, il part pour la Belgique, qu'il va vite mépriser car elle ressemble trop à une mauvaise France bourgeoise. 

1866 : publication, à Bruxelles, de ses six poèmes condamnées sous le noms des Epaves. Une perte de connaissance entraîne une aphasie, puis une hémiplégie. 

1867 : décès, le 31 août, à Paris des suites de la syphilis. Il est enterré au cimetière du Montparnasse avec sa mère et son beau-père. 

Oeuvres principales :

Les Fleurs du mal (1857)

Les Paradis artificiels (1860)

Le Spleen de Paris ou Petits poèmes en prose (1869)

L'Art romantique (1869) - regroupe ses Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains (1861) et L'Oeuvre et la vie d'Eugène Delacroix (1863)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×