Féval, Paul

Paul Féval (1816-1887)

Chronologie :

1816 : naissance, le 29 septembre, à Rennes, de Paul Henry Corentin Féval. Il a 4 frères et soeurs, et est issu d'une famille royaliste chrétienne. 

1827 : décès de son père.

1833 : obtention du baccalauréat et début des études de droit. 

1836 : obtention de la licence de droit et début de sa rapide carrière d'avocat qu'il abandonne après une mauvaise affaire.

1837 : installation à Paris chez un oncle banquier, mais ce monde ne lui convient pas non plus. Il pense de plus en plus à la littérature mais ses écrits sont refusés.

1841 : publication de son premier texte dans la Revue de Paris. Il est remarqué par Anténor Joly, directeur de l'Epoque, qui demande un texte qui s'inspire des Mystères de Paris d'Eugène Sue. Ses Mystères de Londres ne sont pas publiables et il doit tout réécrire. Il publie aussi Le Club des phoques qui marque le début de sa renommée. 

1843 : publication des mêmes Mystères sous le nom de Francis Trolopp. Le succès est direct et la notoriété croit. Il écrit d'autres romans-feuilletons, comme Balzac l'a fait au début de sa carrière. 

1848 : la Révolution de février est durement ressentie. Il se dirige alors vers une écriture plus neutre.

1854 : mariage avec Marie Pénoyée, la fille de son médecin, avec laquelle il aura 8 enfants.

1857 : publication du Bossu ou le Petit Parisien, son oeuvre peut-être la plus connue à ce jour. 

1860 : naissance de son fils Paul, qui deviendra lui aussi écrivain. 

1862 : il fonde la revue Jean Diable, du même nom que son roman publié la même année, souvent considérée comme le premier roman de détective, précurseur de Sherlock Holmes. 

1863 : rencontre avec Charles Dickens, qui devient son ami.

1865 : publication de La Vampire, qui préfigure de nombreuses oeuvres, à commencer par le Dracula de Bram Stoker. Il devient président de la Société des gens de Lettres

1870 : retour à Rennes à la défaite française et pendant la Commune.

1876 : ravivement de sa foi catholique après des problèmes d'argent et un deuxième refus à l'Académie Française à cause de son oeuvre trop populaire et son engagement politique.

1879 : publication d'un recueil de nouvelles Chouans et Bleus, rappelant ses origines bretonnes et l'histoire politique de la région. 

1882 : frappé de crises d'hémiplégie, il se réfugie chez les frères Saint Jean de Dieu à Paris. 

1884 : décès de sa femme, qui le laisse encore plus mal. 

1887 : décès, le 7 mars, à Paris. 

Oeuvres principales

Le Loup blanc (1843)

La Quittance de minuit (1846)

La Fée des grèves (1850)

L'Homme de fer (1856)

Le Bossu (1857)

Jean Diable (1862)

Les Habits noirs (1863)

La Ville vampire (1867)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site