Proposition relative

Une proposition relative est une forme de subordonnée. Elle permet de donner un renseignement sur un nom (appelé antécédent) : elle est donc une expansion du nom. Elle est introduite par un pronom relatif et comprend obligatoirement un verbe.

L’indicatif est employé dans les relatives, dans quelques cas où c’est le subjonctif qui est utilisé. Le mode subjonctif peut alors traduire une idée de but ou une hypothèse, et il s’utilise souvent derrière un superlatif (ex : Il est le plus bel homme que j’aie vu).

Relatives avec antécédent.

On les appelle aussi adjectives. On distingue :

> Les relatives déterminatives ou restrictives, qui permet d’identifier plus préciser l’antécédent. Elles ne sont pas obligatoires. Ex : Les enfants qui sont gentils ont eu des bonbons.  => Uniquement les gentils enfants ont eu des bonbons.  

> Les relatives explicatives ou appositives, qui ont une valeur de commentaire. Elles se placent entre deux virgules. Ex : Les enfants, qui sont gentils, ont eu des bonbons. => Tous les enfants sont gentils, et tous ont eu des bonbons, mais rien ne dit que cela est lié.

> Les relatives attributives, dont la fonction est d’être attribut. Elles sont un cas particulier des déterminatives. Elles ne peuvent pas être supprimées. Ex : Ils sont là qui attendent.

Relatives sans antécédent.

On les appelle aussi substantives. L’antécédent n’est pas présent mais il est sous-entendu. Ce genre de relative s’utilise souvent dans les proverbes, ou dans les phrases à valeur universelle. Ex : Qui vivra verra. = L’homme qui… La relative est ici sujet du verbe voir. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site