Conjonction de coordination

Une conjonction de coordination est un mot invariable qui sert à coordonner, c'est-à-dire lier deux mots ou deux propositions de manière logique. Contrairement aux adverbes, leur place est fixe et n'ont aucune fonction autre que lier. Cependant, certains adverbes peuvent quand même être employés pour coordonner des phrases, mais il ne s'agit pas de conjonctions (ensuite, puis...).  

Les conjonctions de coordination sont au nombre de 7 en français : mais, ou, et, donc, or, ni, car, que l'on retient sous forme de phrase "Mais où est donc Ornicar ?". Certains termes, notamment "voire" et "soit", sont parfois employés comme conjonctions. 

Chacune de ces conjonctions a une fonction particulière dans la phrase, et parfois même se recoupent :

- Mais : exprime principalement l'opposition, la restriction, l'objection, ou encore l'exclusion. "Il n'était pas très intelligent mais il savait comment cela fonctionnait" (opposition, s'il y a différence avec le premier terme); "Il est gentil mais un peu idiot" (restriction, si le premier terme est limité par le second) ; "Mais que vais-je faire de cela ?" (objection) ; "Ce n'est pas de lui dont je parle, mais de son frère" (exclusion, grâce à la négation du premier terme).
La conjonction "mais" peut aussi avoir une valeur d'addition. On utilise alors l'expression "non seulement... mais (encore)..." "Il est non seulement le premier de la classe, mais Elle permet aussi de marquer la transition dans une conversation pour abandonner ou revenir à un sujet. 

- Ou : exprime l'alternative et peut coordonner tout terme. Il peut s'agir d'une disjonction inclusive, où les deux segments de phrase peuvent être possibles : "Qu'ils soient grands ou petits, peu importe !" ; ou d'une disjonction exclusive, exprimant un choix forcé : "Thé ou café ?" (mais pas les deux). 

- Et : exprime l'addition et peut coordonner des segments de phrases de même nature (deux noms, adjectifs, propositions...) ou différents (ou exprimant des idées différentes), auquel cas il faut ajouter une virgule juste avant. "Et" permet alors de coordonner des phrases pour qu'elles se suivent, plus qu'ajouter un terme à un autre.  "Mon frère et ma soeur sont plus vieux que moi". "Il était grand, et c'était là son plus grand atout."

- Donc : exprime la conséquence. Il ne coordonne que deux éléments et n'est donc pas répété. "Il pleut donc je ne sors pas".
Le mot est aussi considéré par certains grammairiens comme un adverbe plus qu'une conjonction car il peut être déplacé dans une phrase. 

- Or : exprime le plus souvent l'opposition ou l'objection, mais son usage est toujours difficile. Il se place en début de phrase.  Il ne coordonne que deux éléments et n'est donc pas répété. "Tout le monde pensait qu'il mentait. Or il n'avait jamais menti de sa vie."

- Ni : exprime l'exclusion ou la négation. Cette conjonction fonctionne au moins en double, avec une autre négation. "Ni" est, dans une certaine mesure, le pendant négatif de "et" car elle met en relation deux termes. "Je n'aime ni les pommes, ni les poires." Lors d'une négation, il faut supprimer le "pas" ou on aurait affaire à une double négation : "Je n'aime pas ni les pommes, ni les poires". Si on veut conserver le "pas", il est alors nécessaire de supprimer le premier "ni" : "Je n'aime pas les pommes, ni les poires". 

- Car : exprime la cause. Il ne coordonne que deux éléments et n'est donc pas répété. "Je ne sors pas car il pleut".  

NB : "donc" et "car" peuvent fonctionner ensemble. En effet, comme le montrent les exemples, si "A donc B" alors "B car A". 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×