Métaphore

Une métaphore est un procédé stylistique qui permet une comparaison ou une analogie sans la présence d'un élément de comparaison. Avec la métaphore, ce n'est plus un rapport de comparaison qui est établit, mais un rapport référentiel.

Ainsi, dire "Cet homme est rapide comme un lièvre" est une comparaison. Pour obtenir une métaphore, il faut enlever l'élément de comparaison "comme" : "Cet homme est un lièvre". On ne conserve que le comparé (l'homme) et le comparant (le lièvre) et l'idée de vitesse est incluse dans le comparant. Si l'on conserve le comparé, on parle de métaphore in praesentia. Si l'on ne conserve que le comparant ("Quel lièvre !") qui garde l'idée de vitesse, on parle alors de métaphore in absentia. Le comparé est sous-entendu dans le contexte. 

Deux cas particuliers :

> la métaphore filée. Il s'agit de continuer, après l'utilisation d'une métaphore, d'utiliser un champ lexical similaire. Voici un exemple tiré de la Fille aux yeux d'or d'Honoré de Balzac, où Paris est assimilée à un enfer puis à un volcan, le champ lexical du feu et de la chaleur permettant de montrer à la fois le mouvement et le danger représentés par la ville. Les expressions métaphoriques sont en vert et le champ lexical du feu et de la chaleur souligné. 

"Peu de mots suffiront pour justifier physiologiquement la teinte presque infernale des figures parisiennes, car ce n'est pas seulement par plaisanterie que Paris a été nommé un enfer. Tenez ce mot pour vrai. Là, tout fume, tout brûle, tout brille, tout bouillonne, tout flambe, s'évapore, s'éteint, se rallume, étincelle, pétille et se consume.
Jamais vie en aucun pays ne fut plus ardente, ni plus cuisante. Cette nature sociale toujours en fusion semble se dire après chaque œuvre finie : - A une autre ! comme se le dit la nature elle-même. Comme la nature, cette nature sociale s'occupe d'insectes, de fleurs d'un jour, de bagatelles, d'éphémères, et jette aussi feu et flamme par son éternel cratère."

> la catachrèse ou métaphore lexicalisée. Il s'agit d'une métaphore entrée dans le langage courant. Parfois l'origine de l'expression a été oubliée. C'est le cas pour "les pieds d'une table", un "dos d'âne", le "bras d'un fauteuil"... On parle aussi de métaphore figée. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site