Isocolie

L'isocolie est une figure utilisée en poésie. Elle désigne une égalité rythmique à l'intérieur d'un vers, soit entre deux hémistiches ou à l'intérieur d'un hémistyches. Elle permet de rendre le ton du poème solennel ou de mettre en valeur les portions de vers concernées.

Exemples

"Rien ne sert de courir / il faut partir à point" Jean de la Fontaine, Fables, Le Lièvre et la Tortue. L'isocolie porte sur la protase (ton montant) et l'apodose (ton descendant) de la morale de la fable. L'égalité parfaite rend la tournure facile à retenir et plus efficace.

« Nous aurons des lits / pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds, / comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs / sur des étagères,
Écloses pour nous / sous des cieux plus beaux »

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, La Mort des amants. Ici, chaque vers est très bien coupé en deux et chaque hémistiches a une fonction particulière (Des divans profonds : groupe nominal / comme des tombeaux : comparaison) dans la phrase. 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site